Les causes de dépression post-partum et comment l’éviter?

Les causes de dépression post-partum et comment l’éviter?

Comment expliquer la dépression post-partum



Dépression post-partum: un faible taux d’homocystéine

Environ 50 % des femmes connaissent le “baby blues”, c’est-à-dire une brève période de dépression légère pendant quelques jours à quelques semaines après l’accouchement. Mais 10 à 20 % souffriront d’une dépression post-partum plus grave. Chaque femme enceinte a des niveaux très élevés d’hormones (œstrogène, progestérone, prolactine et ocytocine) pendant sa grossesse, et ces hormones chutent rapidement après l’accouchement (bien que la prolactine reste élevée pour les mères qui allaitent). Pourtant, toutes les femmes ne souffrent pas d’une dépression, même légère, et encore moins grave. Alors, qu’est-ce qui fait la différence ? Qu’est-ce qui détermine qui en souffre et qui n’en souffre pas ?

Cette étude montre une solide hypothèse : des taux élevés d’homocystéine sont responsables de la depression post-partum.

Mais revenons un peu en arrière, et examinons ce qu’est l’homocystéine et comment elle est liée au processus de construction d’un petit être humain.

Qu’est ce que l’Homocystéine

L’homocystéine est essentiellement le déchet d’acide aminé produit par une voie de méthylation qui a mal tourné.

La méthylation est l’une des six principales réactions de détoxication de phase 2 du foie, impliquant l’ajout d’un groupe méthyle (un carbone auquel sont attachés trois atomes d’hydrogène) à un produit chimique pour son élimination (parmi lesquels des hormones et des neurotransmetteurs, soit dit en passant). Le donneur de méthyle est l’acide aminé méthionine, et une fois qu’il a donné son groupe méthyle, il devient homocystéine. Le cycle ajoute ensuite un autre groupe méthyle à l’homocystéine par l’intermédiaire de l’acide folique (principalement) méthylé, et il peut répéter le processus.

La méthylation est également une étape nécessaire dans la formation des neurotransmetteurs, notamment la dopamine, la noradrénaline, l’épinéphrine et la sérotonine. Cela signifie qu’une mauvaise méthylation peut entraîner une diminution de la quantité de ces neurotransmetteurs. Une faible teneur en catécholamines (les trois premières) est associée à un type de dépression ; une faible teneur en sérotonine est associée à un autre. 

Donc, s’il existe une corrélation entre un taux élevé d’homocystéine et la dépression post-partum, il semble qu’il y ait deux causes possibles : un faible apport en acide folique, ou une mauvaise conversion de l’acide folique en sa forme utilisable.

Acide folique pendant la grossesse

Nous savons tous que l’acide folique est important pendant la grossesse pour réduire les anomalies du tube neural. Mais il est responsable de bien plus que cela : l’acide folique est également nécessaire à la croissance et au développement global du fœtus.

En règle générale, s’il n’y a pas assez de nutriments, le bébé est le premier à être nourri. C’est peut-être la raison pour laquelle l’homocystéine a tendance à augmenter au cours du troisième trimestre et du post-partum, et des taux élevés d’homocystéine sont également considérés comme prédictifs de complications de la grossesse pour la mère, telles que la prééclampsie et le diabète gestationnel.

Il n’est pas très surprenant que, selon une étude, les femmes qui tombent à nouveau enceintes peu après avoir accouché courent un risque plus élevé de carence en folate, car elles ont eu moins de temps pour retrouver leur état de satiété entre les naissances. De même, les mères de jumeaux courent un risque plus élevé de dépression post-partum : si l’acide folique est à blâmer, c’est logique, car elles ont eu deux fois plus de besoins en acide folique en une seule fois, et il est probable qu’ils soient d’autant plus faibles.

Quel est le rôle de MTHFR ?

Pour que l’acide folique puisse faire son travail, il doit cependant être additionné de son propre groupe méthyle par l’intermédiaire de l’enzyme désormais célèbre appelée MTHFR. Les estimations de la prévalence d’au moins une des variantes du gène MTHFR varient de 30 à 50 % de la population, et une mutation MTHFR homozygote (deux mauvaises copies) peut réduire l’efficacité de l’activation du folate jusqu’à 70 %.

Cette étude montre que les femmes présentant une variante particulièrement homozygote du MTHFR C667T courent un risque plus élevé d’avoir une faible teneur en folate et une forte teneur en homocystéine pendant la grossesse, et également un risque plus élevé de dépression post-partum.

Le coup de pouce

Les tests pertinents pour dépister la dépression post-partum (ou peut-être pour la prévenir !) incluront certainement l’homocystéine. Ils devraient également inclure l’acide folique et d’autres vitamines B impliquées dans le cycle de méthylation (B12 et B6), et peut-être le MTHFR. Il pourrait également être intéressant de faire un test urinaire des neurotransmetteurs si vous êtes symptomatique, pour voir quels neurotransmetteurs sont faibles.



Source : drlaurendeville

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.